FORUM DE GÉNÉALOGIE & D'HISTOIRES
Bonjour et Bienvenue sur votre forum de généalogie ,

Dites-nous ce que vous recherchez et posez-nous vos questions

https://www.vosoriginesyourroots.org/f1-questions-generales-forum-de-questions-posez-vos-questions-ici

Si vous êtes incapable de vous connecter : Écrivez à:
vosorigines@souches.com
Nous vous viendrons en aide le plus rapidement possible. Ne perdez pas patience et attendez notre réponse.

Bonne journée
Vos Administrateurs
FORUM DE GÉNÉALOGIE & D'HISTOIRES
Bonjour et Bienvenue sur votre forum de généalogie ,

Dites-nous ce que vous recherchez et posez-nous vos questions

https://www.vosoriginesyourroots.org/f1-questions-generales-forum-de-questions-posez-vos-questions-ici

Si vous êtes incapable de vous connecter : Écrivez à:
vosorigines@souches.com
Nous vous viendrons en aide le plus rapidement possible. Ne perdez pas patience et attendez notre réponse.

Bonne journée
Vos Administrateurs
Bienvenue


Bonjour et bienvenue sur ce forum de généalogie

Partagez vos trouvailles, posez-nous vos questions

Il nous fera plaisir de vous aider dans vos recherches
et à tenter de résoudre vos énigmes



Vous avez des faits historiques à raconter

Rendez-vous dans la section des blogues






Recherches de parents et de familles biologiques, amis



Vous préférez discuter de tout et de rien,

retrouvez les amis autour du vieux poële



Vous pouvez aussi discuter entre amis sur le chat du forum
https://www.vosoriginesyourroots.org/chatbox/index.forum?

Le forum sans publicités, c'est possible,

par l'acquisition de points ou de crédits


Sondage de satisfaction des services reçus

Derniers sujets
» Nicolas Pelletier / Catherine Dubé
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Hier à 06:41 par Julien Saucier

» Joseph Dorval / Félicité Brousseau
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Hier à 06:37 par Julien Saucier

» Giroux, Raphaël
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Hier à 05:22 par danielmasse

» Amable Davis / Marie Thérèse Gendron
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Jeu 19 Mai 2022, 21:46 par Julien Saucier

» Huet/Bouchard
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mer 18 Mai 2022, 21:06 par rogerblais

» Cournoyer Almanzor & Gadbois Éva
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mer 18 Mai 2022, 12:39 par simon giguere

» descendants Martin Prévost et Marie Olivier Sylvestre
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mer 18 Mai 2022, 12:06 par mauricerolland

» Gabriel Leroux / Cléophée Desrosiers
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mer 18 Mai 2022, 06:57 par Julien Saucier

» Joseph Desjardins / Julie Bouchard
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mer 18 Mai 2022, 06:52 par Julien Saucier

» Édouard Deschamps / Éléonore Lucas
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mer 18 Mai 2022, 06:48 par Julien Saucier

» Joseph Isabelle
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mar 17 Mai 2022, 21:29 par Emiliegagnon953

» Étienne Allard
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mar 17 Mai 2022, 10:47 par Lucbou

» Orphée Derome / Philomène Leclerc
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mar 17 Mai 2022, 09:54 par Julien Saucier

» Alexis Denoncourt / Edith Démerise St-Jorre
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mar 17 Mai 2022, 09:49 par Julien Saucier

» Gérard mousseau et jannine Toussaint
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 16 Mai 2022, 19:51 par Mariage2500

» Gaspard Paquet / Justine Denis
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 16 Mai 2022, 07:01 par Julien Saucier

» Joseph Bouchard / Albina Valcourt
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 16 Mai 2022, 06:55 par Julien Saucier

» Jean Daigle / Malvina Faguy
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 16 Mai 2022, 06:44 par Julien Saucier

» Valentine & Duffy
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 15 Mai 2022, 16:58 par rogerblais

» Joseph Bertrand / Josephte Brouillet
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 15 Mai 2022, 06:41 par Julien Saucier

» Louis Charland / Jane Galbraith
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 15 Mai 2022, 06:31 par Julien Saucier

» PAGÉ, Louise
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Sam 14 Mai 2022, 12:55 par danielmasse

» PRUNEAU, Robert
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Sam 14 Mai 2022, 12:53 par danielmasse

» David Dumont / Ernestine Dion
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Sam 14 Mai 2022, 06:19 par Julien Saucier

» Jean Olivier Valin / Marie Josèphe Dupuis
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 13 Mai 2022, 06:30 par Julien Saucier

» Henri Dupéré / Marie Julie St-Jorre
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 13 Mai 2022, 06:22 par Julien Saucier

» François Duchesneau / Séraphine Gauthier
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 13 Mai 2022, 06:09 par Julien Saucier

» François Dumont / Henriette Pelletier
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 13 Mai 2022, 06:01 par Julien Saucier

» PAPINEAU, Yves
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 13 Mai 2022, 05:09 par danielmasse

» MONFETTE, Jacques
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 13 Mai 2022, 05:06 par danielmasse

» MASSÉ, Lucie
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 13 Mai 2022, 05:02 par danielmasse

» TREMBLAY-PELLETIER, ABEL
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Jeu 12 Mai 2022, 17:45 par danielmasse

» David Lecours / Marie Anne Demers
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mer 11 Mai 2022, 21:43 par Julien Saucier

» André Germain / Marie Louise Dufour
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mar 10 Mai 2022, 07:09 par Julien Saucier

» Jean-Baptiste Duchesneau / Agathe Duchesneau
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mar 10 Mai 2022, 06:57 par Julien Saucier

» Basile Bouchard /Henriette Delinel
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mar 10 Mai 2022, 06:47 par Julien Saucier

» Joseph Delage / Julie Bouchard
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mar 10 Mai 2022, 06:40 par Julien Saucier

» Lauréat Néron et Germaine Lacroix
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 09 Mai 2022, 21:04 par concert123

» Recherche Yvette Boudreau
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 09 Mai 2022, 16:15 par legrandblond

» Pierre Bouchard / Marie Bonnet
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 09 Mai 2022, 06:39 par Julien Saucier

» Louis Brissette / Elmire Bouchard
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 09 Mai 2022, 06:21 par Julien Saucier

» Charles Théberge / Philomène Bouchard
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 09 Mai 2022, 06:12 par Julien Saucier

» Pierre Fournier / Mathilde Bouchard
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 08 Mai 2022, 09:15 par Julien Saucier

» Amable Gaboriau / Emilie Collet
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 08 Mai 2022, 07:17 par Julien Saucier

» joseph Bouchard / Geneviève Landry
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 08 Mai 2022, 07:07 par Julien Saucier

» Jean-Baptiste Bouchard / Louise Gervais
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 08 Mai 2022, 06:49 par Julien Saucier

» Bernier-Levlerc
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Sam 07 Mai 2022, 13:08 par langlois marc

» Riverin. Simon
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Sam 07 Mai 2022, 09:13 par danielmasse

» Valentine & Soucy
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 06 Mai 2022, 21:26 par rogerblais

» Valentime & Soucy
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 06 Mai 2022, 11:31 par rogerblais

» Soucy & Clavette
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 06 Mai 2022, 10:58 par rogerblais

» décès Morin
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 06 Mai 2022, 09:22 par Martin

» Moreau, Jean-Paul
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 06 Mai 2022, 04:44 par danielmasse

» Mallard, Jean-Noël
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 06 Mai 2022, 04:38 par danielmasse

» Mongeon, Pierre
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 06 Mai 2022, 04:34 par danielmasse

» Parents de Monique Leclerc, épouse de Jacques Mercier
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Jeu 05 Mai 2022, 15:43 par christo131

» Ferland, Rolande
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mer 04 Mai 2022, 21:05 par danielmasse

» Rose Godin, décès
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mer 04 Mai 2022, 13:22 par Gerald Boudreau

» PLANTE, Linda
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Mer 04 Mai 2022, 05:39 par danielmasse

» Noé Couture
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 02 Mai 2022, 10:40 par renee tetreault

» DARAÎCHE, JULIA
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 02 Mai 2022, 07:20 par danielmasse

» Trudelle, Gérard
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 02 Mai 2022, 05:41 par danielmasse

» Gagné, Louisette
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 02 Mai 2022, 05:39 par danielmasse

» Gagnon, Sylvie
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Lun 02 Mai 2022, 05:36 par danielmasse

» Cournoyer & Nadeau
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 01 Mai 2022, 16:56 par simon giguere

» Charles Rochette /Louise Langevin
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 01 Mai 2022, 06:56 par Julien Saucier

» Jean Hamel / Victoire Chevalier
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 01 Mai 2022, 06:50 par Julien Saucier

» Télesphore Bergevin / Marie Camille Lambert
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Dim 01 Mai 2022, 06:26 par Julien Saucier

» DEVOST, Yolande
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Sam 30 Avr 2022, 13:33 par danielmasse

» Boudreault, Jean
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Sam 30 Avr 2022, 13:29 par danielmasse

» Boucher, Denis
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Sam 30 Avr 2022, 13:27 par danielmasse

» Mariage Caron et Yon
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Sam 30 Avr 2022, 12:06 par jumafred

» Alice Christine Hébert
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Sam 30 Avr 2022, 06:08 par tintin

» François Ayotte /Adélaïde Brière
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Ven 29 Avr 2022, 06:47 par Julien Saucier

» MASSÉ, Claude
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Horlog12Jeu 28 Avr 2022, 07:22 par danielmasse

Mai 2022
DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 


Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

créer un forum



Le Deal du moment :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres ...
Voir le deal

Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale

Aller en bas

Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Empty Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale

Message par René Arbour Lun 16 Mai 2016, 01:09

Voici des textes que j'avais conservés

Le site sur lequel nous retrouvions ces textes semble fermé.


Soldat Arthur Boulanger
Matricule 417291
Un poème en souvenir

Après avoir passé quelques jours dans un hôpital militaire en France, Arthur Boulanger fût transporté dans plusieurs hôpitaux militaires en Angleterre, où il fût contraint de rester pendant quinze mois. Une Française, qui n'avait que seize ans, travaillait comme cuisinière à un de ces hôpitaux et à l'occasion servait les repas aux blessés. Un jour, Arthur a remarqué que souvent la jeune fille parlait seule et à voix basse en travaillant alors il lui demanda, un peu en riant, est-ce que je peux savoir ce que tu dis toujours?, et la jeune fille de répondre, ...mais certainement, j'excerce ma mémoire à me souvenir d'un texte que j'ai composé, un texte se rapportant au patriotisme de la France et, dans le coeur de chaque Canadiens-Français, il y a de la place pour le patriotisme français. Après avoir échangé quelques paroles, la jeune fille a consenti à faire part de son texte à Arthur mais de bouche à oreilles seulement, elle ne voulait pas l'écrire. Toujours qu'Arthur est revenu en Amérique avec le texte en mémoire.

Le voici :

Tant que vous le voudrez mon général !

Dix fois qu'on attaque le devant,
avec résultat purement local.
Il faut y aller encore une fois.
Une cigarette d'abord et un coup de vin...
Qu'il est bon mon vieux, à la tienne !
Il y en a encore trop sur leurs jambes.
Dans le trois cent-soixante-dix-septième...
à la tienne, vieux frère !
Qu'est-ce que tu étais dans le civil ?
Moi, marcheur, mon frère banquier.
Je crois qu'il s'appelait Legrand,
boucher, marchand de fromage, curé,
cultivateur, avocat, tailleur de cuir,
ici, tous frères, neufs comme des pommes.
C'est dans le civil qu'on est différent.
Mais dans le rang, il n'y a que les hommes...
Plus rien que le grade et le numéro.
Plus rien que le camarade qui sait ce qu'il y a à faire.
Pas trop tard et pas trop tôt.
Et attention au chef lorsqu'il lèvera son fusil,
ce qui va en sortir, c'est la France.
Terrible comme le St-Esprit,
et sa baïonette au bout pointu...
Cette espèce de langue de fer,
me fait dresser plus droit et plus altéré.
Tant qu'il y aura quelqu'un dans ma peau...
Et un fer à ma ceinture.
Tant qu'il y aura ce type d'en face,
qui me regarde dans la figure.
Plus rien devant moi que ma livraison à opérer...
Que mon travail à faire.
Plus rien derrière moi que l'assourdissement et le tonnerre...
livraison à ces Messieurs de mon corps et de mon sang.
Livraison de mon âme à Dieu.
Mais il reste une chose que j'ai dans ma main,
et qui est pour eux.
Si cette bombe fait de l'ouvrage...
c'est une âme humaine qui va sauter.
Tant que pour arrêter un homme vivant,
il n'y aura que le feu et le fer.
Tant qu'il y aura de la viande vivante de Français,
pour marcher à travers ces fils de fer.
Tant qu'il y aura ces gens d'en face,
pour tenir ce qui est à nous sous la semelle de leurs bottes.
Quelqu'un aura son avenir à plaquer sur le champ.
Sa vie à donner pour sa femme et ses enfants.
Tant qu'il y aura des enfants de femmes,
pour marcher à travers votre science et votre génie.
Tant que l'honneur de la France sera clair,
comme le soleil qui brille en plein midi.
Tant qu'il y aura cette injustice.
Tant qu'il y aura cette force contre l'injustice qui appelle.
Tant qu'il y aura un Français pour croire aux choses éternelles.
Tant qu'il y aura un Français avec un éclat de rire.
Tant qu'il y en aura un seul de vivant,
Tant qu'il y aura derrière nous ce beau grand pays,
qui écoute, qui prie, qui fait silence et qu'on appelle la France

Pour lui, tant que vous le voudrez mon Général !

_________________

Promouvoir notre Forum dans l'Amitié et l'entraide pour une Meilleure Qualité de Vie entre-nous.

Découvrir qui nous sommes et d'où nous venons est le pus beau cadeau que nous pouvons offrir à notre famille.
Rene Arbour mainsgif
René Arbour
René Arbour
Admin

Messages : 23159
Appréciation + ou - : 289
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Empty Re: Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale

Message par René Arbour Lun 16 Mai 2016, 01:10

Leur histoire racontée par Thérèse Nadeau
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Bou_am10
Arthur et Marie-Anne, 50 ans de mariage

À son retour d'Angleterre en 1918, Arthur retourne vivre aux Etats-Unis, à Laconia New Hampshire. I1 épouse Marie-Anne Roussin le 25 janvier 1921 à Saint-Pierre, qu'il connaît depuis toujours puisqu'ils étaient voisins. Fille de Thomas et de Joséphine Mercier. Il a 33 ans et Marie-Anne 21 ans. Ils s'installent à Laconia, New Hampshire, et Arthur travaille dans une manufacture d'aiguilles comme machiniste et gagne 29.00$ par semaine. Au début, son travail consistait à installer un crochet au bout d'une aiguille utilisée dans les machines à tricoter, l'une des dix étapes de fabrication. Parce qu'il démontra des dispositions particulières lorsque les machines brisaient, son patron l'affecta à l'entretien de dix machines. D'où lui venait cette aptitude quand on sait que de venir de la campagne rendait surtout habile dans le soin des boeufs et des vaches? I1 a tenté d'expliquer plusieurs années après, cette habilité. Durant son entraînement militaire, il devait démonter et remonter sa mitraillette, les yeux bandés. I1 n'aurait pas fallu que du fond d'une tranchée, un soldat s'éclaire pour remonter sa mitraillette qui subissait elle aussi les effets de pluie, du gel et de la boue. La cible aurait été trop évidente pour les bombes ennemies. La parfaite connaissance de sa mitraillette lui aura donné des rudiments en mécanique.

Pendant ce temps, Marie-Anne tiendra magasin pendant quelques années, dans un local situé sous leur logis. Dans ce magasin, on fabriquait des habits sur mesure, vendait du tissu, des souliers et des bonbons au comptoir de confiserie. Marie-Anne s'occupait de ce comptoir. Dans la même bâtisse, logeait aussi une boulangerie. Six enfants naquirent de leur union : Rachel, Gertrude, Simone, Lionel, Claire et Maurice, et ils ont la double nationalité américaine et canadienne. En 1933, ils revinrent s'installer sur une terre à Saint-Pierre. Pourquoi? La crise économique et le mal du pays, en partie, probablement. Le travail à la manufacture se faisait plus rare, plusieurs employés étaient mis à pied. On gardait Arthur parce qu'il avait une grosse famille de six enfants. Après son départ, trois hommes furent embauchés pour le remplacer. I1 en fut choqué. En plus d'être exigeant, le travail se faisait en manipulant de l'huile. I1 commençait à avoir des troubles respiratoires. Le médecin conseilla à sa femme le grand air en lieu et place d'une ville industrialisée pour régler des problèmes de santé. Enfin, l'aînée, Rachel, devait entrer au high school à l'âge de 12 ans alors que la moyenne était de 15 à 16 ans à l'entrée, la différence d'âge les inquiétait. Tout cela mis ensemble poussera Arthur avec Claire, sa fille de 5 ans, à revenir en train chercher une terre sur laquelle il pourrait s'installer.

Ce retour fut tout un choc pour l'aînée. Les conditions de vie étaient plus faciles aux États. Pensons seulement qu'il n'y avait pas d'électricité à Saint-Pierre, elle arrivera en novembre 1949, sauf erreur. A Laconia, il y avait même des jeux de lumière dans l'arbre de Noël. Aux États-Unis, il y avait des oranges à chaque matin, au Québec, au Jour de l'An seulement, car les fruits et légumes étaient rares sauf ceux que l'on récoltait. I1 fallait oublier le bon salaire d'Arthur pour l'époque. Pourtant, Arthur travaillait aux champs et on l'entendait chanter depuis la maison. I1 était plus heureux à travailler la terre que de se miner la santé dans une industrie aux émanations sûrement nocives, selon les normes d'aujourd'hui. La famille était maintenant de retour parmi ses proches. Malgré les conditions financières précaires comme c'était le cas pour la plupart des familles de Saint-Pierre, ils ont voulu que leurs enfants soient instruits. Trois filles firent leur école normale à Lévis ou Saint-Georges-de-Beauce, étudièrent le piano et enseignèrent à Saint-Pierre et Saint-Jacques-de-Leeds. Un fils fit son cours classique, étudia la médecine et pratiqua la médecine générale dans le bas du fleuve. Arthur transmit son bien au fils cadet de la famille en 1950.

Arthur et Marie-Anne s'installèrent au village de Saint-Pierre-de-Broughton en 1950, à l'âge de 61 et 49 ans. Ce fut une retraite paisible, des enfants, la santé, ses journaux... et peu de temps après, la télévision. En 1971, ils fêtèrent leurs cinquante années de mariage. Le bonheur d’Arthur et de Marie-Anne était complet. Jamais on n’a entendu dire d'Arthur qu'il s'ennuyait ou qu'il était triste de vieillir. I1 était toujours de belle humeur, heureux de voir ses enfants et petits-enfants qui lui rendaient souvent visite. I1 avait un bon sens de l'humour. En 1967, leur fille Gertrude et sa famille s'installèrent dans leur grande maison pour avoir soin d'eux. Ils ne furent jamais seuls. En septembre 1976, une mauvaise chute et une fracture à la hanche vinrent hypothéquer définitivement sa mobilité. I1 fut hospitalisé pendant six mois et, le 4 mars 1977, après trois semaines d'hébergement au pavillon de l'hôpital de Thetford Mines, Arthur s'éteignait à l'âge de 88 ans (ou 98 ans, âge militaire). Une foule impressionnante de parents et amis lui rendirent un dernier hommage lors de ses funérailles. Le cercueil, recouvert du drapeau canadien, était précédé d'une délégation de l'armée canadienne composée de nombreux vétérans de la région qui ont voulu rendre les honneurs militaires à leur compagnon d'armes et le reconduire à son dernier repos. Son épouse, Marie-Anne, le suivit l'année suivante soit le 29 novembre 1978 à l’âge de 79 ans.
Leurs enfants :

Rachel, née à Laconia, New Hampshire, le 10 janvier 1922, épousa, à Saint-Pierre-de-Broughton le 28 juin 1944, Ernest Blais, né le 27 janvier 1895, fils de Louis Blais et de Odile Fugère.

Gertrude, née à Laconia, New Hampshire, le 28 mars 1923, épousa, à Saint-Pierre-de-Broughton le 25 septembre 1948, Eudore Landry né le 15 novembre 1920, fils de Joseph S. Landry et Lucie Côté. Eudore est décédé le 11 octobre 2001 à Thetford Mines.

Simone, née à Laconia, New Hampshire, le 10 mai 1924, épousa, à Saint-Pierre-de-Broughton le 28 juin 1944, Philippe Nadeau, né le 27 mars 1923, fils de Florent Nadeau et d'Émérentienne Payette.

Lionel, né à Laconia, New Hampshire, le 26 juin 1925, épousa, à Saint-Hélène-de-Kamouraska le 6 juin 1953, Mariette Landry, née le 9 mai 1923, fille de Wilfrid Landry et d'Anne Saint-Pierre.

Claire, née à Laconia, New Hampshire, le 10 mars 1927, épousa, à Saint-Pierre-de-Broughton le 25 septembre 1948, Rolland Nadeau, né le 16 octobre 1919, fils de Florent Nadeau et d'Émérentienne Payette. Claire est décédée le 3 juillet 1989 à l'âge de 62 ans. Rolland Nadeau est décédé le 12 septembre 1990 à l'âge de 70 ans.

Maurice, né à Laconia, New Hampshire, le 20 mars 1928, épousa, à Saint-Antoine-de-Pontbriand le 7 juin 1950, Lucille Lessard, née le 14 avril 1928, fille d'Hector Lessard et de Rose-Aimée Poirier.

_________________

Promouvoir notre Forum dans l'Amitié et l'entraide pour une Meilleure Qualité de Vie entre-nous.

Découvrir qui nous sommes et d'où nous venons est le pus beau cadeau que nous pouvons offrir à notre famille.
Rene Arbour mainsgif
René Arbour
René Arbour
Admin

Messages : 23159
Appréciation + ou - : 289
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Empty Re: Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale

Message par René Arbour Lun 16 Mai 2016, 01:10

Les faits marquants de sa carrière militaire

Tiré de son dossier obtenu des Archives nationales du Canada
Arthur Boulanger délaissa les États-Unis pour revenir s'enrôler au Canada. Il s'enrôla à Montréal le 29 mai 1915 pour le CEC, le Corps expéditionnaire canadien pour outre-mer, il a alors 26 ans. On lui assigna le matricule 417291 et il fût assigné au 41e bataillon du 22e régiment (le régiment Canadien Français) dans la «Machine Guns Section», la section des mitrailleuses. Dès lors, il débuta son entraînement à la base militaire de Val-Cartier dans la région de Québec. Très peu de détails existent pour cette période d'entraînement jusqu'à son départ pour l'Europe le 28 octobre 1915 soit, 5 mois plus tard. Dans les lignes qui suivent, vous pouvez lire les principales étapes de sa carrière :

  • Le 18 octobre 1915, il s'embarque à bord du S.S. Saxonia à destination de l'Angleterre avec 2500 compatriotes. Après une traversée de 11 jours, il est arrivé à Plymouth, Angleterre le 29. Il a immédiatement été dirigé vers Branshott par train. Selon diverses informations, il y continua son entraînement dans des situations rigoureuses jusqu'au 20 avril 1916.
  • Le 20 avril 1916, il est indiqué dans son dossier «Taken on strength», ce qui signifie «une affectation à» dans une base militaire canadienne à W. Landling jusqu'au 23 juin 1916.
  • Le 23 juin 1916, il est «Taken on strength» dans une base militaire canadienne de Shornecliffs jusqu'au 11 juillet 1916.
  • Le 11 juillet 1916, il est indiqué «Struck off strength», ce qui signifie, «fin de l'affectation», «prêt pour, prêt à...». Il est affecté au 13e bataillon Canadien et c'est le départ pour les champs de batailles en France.
  • Le 14 juillet 1916, il arrive à la base militaire canadienne en France, l'endroit précis n'est pas indiqué. Il y complète son entrainement.
  • Le 13 septembre 1916, le 13e Bataillon canadien se présente au front de La Somme. Cette affrontement dura de septembre à novembre 1916.
  • Le 24 septembre, à Courcelette, en soirée, un obus tombe sur le 13e bataillon. Celui-ci est décimé. Arthur Boulanger est blessé sévèrement à la jambe droite par un éclat de l'obus.

Le 24 septembre 1916 marquera la fin de la carrière militaire active d'Arthur Boulanger. Le 25 septembre 1916 il est admis au Australian General Hospital de Boulogne, France. On y inscrit dans son dossier médical «...blessure sévère par un éclat d'obus dans la chaire de la cuisse droite, le fémur est endommagé...». Le 29 septembre 1916, il est transféré en Angleterre à bord du S.S. St-Denis et il est reçu au C.C.A.C (Canadian Casualty Assembly Centre) de Folkstone où il est immédiatement transféré au Northamptonshire War Hospital de Duston.
Comme le dossier médical est très volumineux, les lignes qui suivent indiquent seulement les hôpitaux dans lesquels Arthur a été admis au cours du long processus de son rétablissement jusqu'à son retour au Canada.

  • Il est admis au Northamptonshire War Hospital de Duston le 29 septembre 1916. Il y séjourna pour une période de 48 jours soit jusqu'au 14 novembre 1916.
  • Le 14 novembre 1916, il est transféré au Weston Favell Hospital pour une période de 101 jours soit jusqu'au 23 février 1917.
  • Le 23 février 1917, il est tranféré au Dallington Auxiliary Hospital de Northampton jusqu'au 11 avril 1917. Une periode de 47 jours.
  • Du 11 avril 1917 jusqu'au 16 juin 1917, il séjourna au Granville Canadian Special Hospital de Ramsgate pour 66 jours.
  • Du 16 juin 1917 jusqu'au 30 août 1917, il séjourna au Lord Derby War Hospital de Warrington. Une période de 76 jours.
  • Du 30 août 1917 jusqu'au 14 septembre 1917, il séjourna au Mil Bonnal Hospital de Epsom pour 16 jours.
  • Le 14 septembre 1917, il alla compléter son rétablissement au Canadian General Hospital de Liverpool.
  • Le 10 octobre 1917, il est pris en charge par le C.C.A.C. (Canadian Casualty Assembly Centre) à Shoreham.

Après avoir séjourné 15 longs mois dans les hôpitaux britanniques, c'est à la fin de décembre 1917 que l'on déclara qu'Arthur Boulanger était apte à retourner au Canada («Struck off strenght») afin d'y poursuivre ses traitements médicaux. Il quitta Liverpool à bord du H.S. Araguaya le 29 décembre 1917. Il fit une première escale au port d'Halifax le 9 janvier 1918 et termina son voyage le 15 janvier 1918 à Montréal. Il continua sa convalescence pour encore quelque temps à Montréal et au 131, rue Ste-Anne à Québec.
Arthur Boulanger demanda sa libération des services militaires et la reçut le 21 mars 1918 à Montréal après 2 ans et 10 mois de service. On lui accorda avec une mention honorable, en indiquant dans son dossier «...inaptitude médicale occasionnée par une blessure par balle (GSW, Gunshot Wound) à la cuisse droite avec une fracture du fémur et une fixation de la rotule du genoux...». Il a alors 29 ans. Pour aider à sa réadaptation, le gouvernement canadien lui offrit une formation de travail de bureau, ce qu'il fit avant de retouner travailler dans les usines de textile américaines.
Pour se mettre un peu dans la peau d'un combattant de la Grande Guerre, consultez son journal personnel qu'il a tenu durant toute cette période.

_________________

Promouvoir notre Forum dans l'Amitié et l'entraide pour une Meilleure Qualité de Vie entre-nous.

Découvrir qui nous sommes et d'où nous venons est le pus beau cadeau que nous pouvons offrir à notre famille.
Rene Arbour mainsgif
René Arbour
René Arbour
Admin

Messages : 23159
Appréciation + ou - : 289
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Empty Re: Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale

Message par René Arbour Lun 16 Mai 2016, 01:11

Son journal de guerre

Arthur Boulanger a tenu un journal personnel de son aventure militaire. Bien que quelque quatre-vingt années plus tard beaucoup des textes sont effacés par le temps. Voici, dans la mesure de ce qui a été possible de transcrire, l'intégral de ce journal auquel, vous remarquerez, les fautes d'ortographe n'ont pas été corrigés dans le but de conserver l'intégrité la plus complète.
Mai 1915

Jeudi 27
Parti de Rochester à 11:00 a.m., arrivé à Montréal à 9:15 p.m.

Vendredi 28
Visité Mont-Royal et les principaux buildings

Samedi 29
Enrolé dans le 41e régiment Canadiens-Français pour la France

Dimanche 30
Arrivé à la messe dans la Cathédrale de Montréal


Juin 1915

2
Laisse Montréal pour Québec à 8:00 a.m., arrivé à 3:00 p.m. Immigration Building

4
Serum inoculation

5
Malade

6
Sous-marin dans le port de Québec, no. 1234

7
Drill avec ordre de laisser Québec pour Valcartier

9
Laisser Québec pour Valcartier

11
Reçu 5.00$ en account

13
Reçu mes uniformes, quelques visiteurs sur le terrain

24
Grande revue du Duc Connaught

30
Reçu 21:30 à 2:00 a.m.


Août 1915

4
Guerre déclarée 1914

10
Desmist des no, accepter de la Machines Guns

28
Marche de 15 milles avec inspection des kits

29
En excursion, visite St-Anne de Beaupré et chutes Montmorency. Le diner à l'ancienne résidence du Duc de Kent. P.m., visite de la ville de Québec. Returns à Valcartier à 8:00 p.m. with Road Time


Septembre 1915

3
En passe, visite Québec et le terrain de l'exposition.

4
Laisse Québec, arrive à Broughton à 7 p.m.

7
Return à Valcartier

19
Ball Game Championship, 41e beat 40e by 9 to 7

20
Creusé des tranchées

21
Changé de tente à 8:00 a.m. avec ordre de laisser sans dire un mot ou bien dans le clirk. Ordre de Michaud

Dimanche 26
Il mouille toute la journée et les tentes sont toutes remplis d'eau et on s'amuse pareil

30
Ordre nous est donner du Major Laliberty qu'on va partir la semaine prochaine pour l'Europe. On attend le départ avec hâte.


Octobre 1915

Dimanche 3
Il fait très beau et j'ai toujours hâte pour notre départ

Lundi 4
Parade à la moutarde dans l'avant-midi et l'après-midi on va livrer les armes

Mercredi 6
Grande revue du Brigadier Général Lessard

Jeudi 7
Générale, revue par le premier ministre Sir Robert Borden

Dimanche 10
On est encore à Valcartier, c'est avec grande hâte qu'on attend le moment de partir.

Lundi 11
Thanks Giving, un homme est tué par accident...en dessous du stage en voulant ramasser des pommes. Il s'est fait écraser, il appartenait au 69e bataillon

16
Passer en revue devant le Duc de Connaught

Dimanche 17
On a tous pacter notre bagage pour le départ pour l'Europe. Laisser le camp à 7 1/2 du soir et embarquer à bord du train à minuit et coucher dans les chars.

Lundi 18
On a débarquer du train à 10:00 a.m. à Québec et r'embarquer sur le steamers Saxonia de la ligne Cunard et à 3:00 p.m. on part pour l'Europe. On a... à 5:00 p.m. et reparti à 11:00 du soir. On est 2500 soldats sur le steamers.

Mardi 19
On continu notre route et on ne voit plus terre

Mercredi 20
Tout va bien seulement que la journée est très brumeuse

Jeudi 21
La mer est très calme, on a vue une baleine à peu près 200 pieds du steamers

Vendredi 22
La mer est très calme et la lune parait ce soir, il fait bien beau

Samedi 23
Il fait toujours beau et ...

Dimanche 24
Le mer est très calme et bien des soldats on la maladie de la mer

Lundi 25
On est rendu aujourd'hui dans la zone de guerre et je fait la garde sur le haut du navire avec la Machines guns jusqu'à 9hrs demain.

Mardi 26
La journée s'est passée sans incident, à 3:00 p.m. on a rencontré un navire français en route pour New-York

Mercredi 27
Je retourne encore sur la garde à 9:00 a.m. pour 24 hrs et l'ordre a été donné de porter tous nos ceintures de sauvetage, en garde des sous-marins. Le navire a arreter à 12:00 a.m. et repartit à 10 p.m., je ne sais pas pour quel raison.

Jeudi 28
La route continue toujours sans aucun incident, on a rencontrer un navire aujourd'hui.

Vendredi 29
On est arriver à Plymouth, Angleterre à 8:00 a.m. sain et sauf. Plusieurs contre-torpilleurs et sous-marin nous accompagnais en cas de danger et on a embarquer à bord des chars à 7:00 p.m. et on a débarquer à 11:00p.m. à Branshott à 240 milles de Plymouth en passant par...,Sherbourne et Salisburry et c'est un très beau pays.

Samedi 30
Pas de drill aujourd'hui, l'on a marcher autour du camp et ils nous ont donné nos kits

Dimanche 31
Il mouille. J'ai passé la journée dans la barraque à écrire à mes parents pour la première fois en Angleterre et tous le monde s'amuse à chanter, à danser et à s'exclamer.

Novembre 1915

Lundi 1e
Installer dans les barraque et distribution des couvertes

Mardi 2
Toute la journée de repos

Jeudi 4
Revue

Vendredi 5
J'ai été à la ville Halesmerre et j'ai été à la danse et j'ai eu bien du bon temps. J'ai fait connaissance avec une belge, une jolie fille. Elle s'est réfugiée ici dans le commencement de la guerre. Elle venait de Maligne

Dimanche 7
J'ai eu de la visite aujourd'hui d'une belge que j'avait fait connaissance avec

Lundi 8
J'ai été à la dance ce soir à Halesmere et j'ai eu un brin du bon temps. Je suis revenu au camp à 1:00 a.m.

Mercredi 10
Au bal ce soir et je me suis amuser. J'ai rencontré une belle petite fille.

Dimanche 14
En ville avec Besner

Mardi 16
Le sergent Milot de la bande est mort à l'hopital des rhumatismes

Mercredi 17
À la danse au St-Christopher Hall et au Cooperative Hall

Jeudi 25
Thanks Giving, fête à la tire et de la bière et on s'est bien amusé. Il y a eu du chant et exclamations et musique

Mardi 30
On a mouvé de barraque et il mouille

Décembre 1915

2
J'ai reçu les deux premières lettres de l'Amérique aujourd'hui, une de Mary et l'autre de Raymond de Laconia.

7
Marche de nuit avec pack-sac

8
Ordre est donner de tout paqueter notre bagage pour partir à 3:00 hrs, on ne sait pas ou on va. Il mouille, on débarque à Aldershot à 8 1/2 hrs et on couche ici ce soir.

10
On est installés dans de belles barraques...Aldershot

13
Marche de nuit

20
Marche de nuit avec pack-sac

25
On a été à la messe de minuit et c'est la première qu'il y a eu en Angleterre et aujourd'hui on s'est bien amusé, on a eu un corps de bière pour dîner avec de la dinde et des oranges.

27
J'ai été au bal ce soir à Farnham et j'ai eu du bon temps.

Janvier 1916

Samedi 1er
Il fait beau comme en été, j'ai été à la messe ce matin et la journée s'est assez bien passé tous ensemble mais on a parlé souvent de nos parents. Vive le Canada!

Dimanche 2
On pacte tout notre bagage pour partir demain matin.

Lundi 3
On a parti d'Aldershot à 9 ½ hrs et on est arrivé à Bourdon Camp à 1 hre p.m. 11 milles de marche avec tout notre bagage.

Mardi 4
Marche de 8 milles.

Mercredi 5
Fire call

Mardi 11
Un meurtre a été commis hier soir par un Russe qui a lancé un coup de couteau dans le corps d'un policemen, un nommé Jolicoeur.

Vendredi 14
Tout le battalion a été au funéraille de Jolicoeur qui s'est fait tuer par un Russe.

Lundi 17
Grande revue du bataillon

Mardi 18
Marche 15 milles

Jeudi 20
Marche 12 milles

Vendredi 21
Marche 10 milles

Mardi 25
Marche

Mercredi 26
Fire call

Jeudi 27
Marche

Lundi 31
Ordre est donner de pacter notre kit pour partir demain.

Février 1916

Mardi 1er
On est parti 8:20 hrs de Borden et on arrive à Branshott à 10:30 à notre première place qu'on a rester en Angleterre. 7 milles de marche et danse le soir à Helsmere

Jeudi 3
Marche de nuit

Samedi 5
Marche

Mardi 8
Danse à Helsmere à la Recrutings building

Lundi 14
Reçu une lettre de Aurore. Changer de Huts. la Machines guns attaché au 54e régiment pour discipline.

Mardi 15
Jour de ma naissance et j'ai reçu une lettre de chez-nous aujourd'hui.

Mercredi 16
À Helsemere avec Latour, on a rencontrer des Françaises et on a eu bien du plaisir.

Jeudi 24
Il a tombé trois heurs de ... à Branshot pour la première fois, il fait bien doux.

Samedi 26
Dans l'avant-midi, on a été faire les carabines

Mardi 29
Parti en drift

Mars 1916

Mercredi 1er
Marche. Il fait chaud, la neige est toute fondue et il y a beaucoup d'eau

Jeudi 2
On a descendu en ville avec Latour à Helsemere et on a tomber dans les tranchées en revenant.

Lundi 6
Le soldat L. Cramer est marié aujourd'hui à Grayshot

Jeudi 9
On a été à la tire aujourd'hui pour jusqu'à nouvel ordre.

Lundi 13
La tir est cancellée et on a reçu ordre de retourner au camp à 10½ hrs. On a changer de camp, on arrive à Dipsgate à midi.

?
Je suis O.K. et on est transférré dans une brigade de M.G.

Vendredi 17
Une draft de M.G. par jour pour le front

Lundi 20
On guard

Mardi 21
En visite à Folkstone et aujourd'hui l'heure est avancé de 1 heure dans toute l'Angleterre.

Avril 1916

1er
Ils nout ont fait lever à minuit pour se mettre en garde des zepplin
4
On pratique la tir jusqu'à nouvel ordre avec Jackson
11
Notre pratique de tir est fini aujourd'hui
17
Inspection médicale
19
On se prépare aujourd'hui pour partir demain
20
On laisse le camp de Branshot, on a embarquer à Lifhook à 9:00 hrs et débarquer à Shorncliff à 2:00 hrs.
21
Inspection aujourd'hui et grande revue et ils nous ont annoncer que la Machines Guns Section était pour être transferer dans la Base Machines Guns.
22
Il mouille aujourd'hui et on a changer de Huts
23
Pâques, il fait bien beau et on a entendu la messe en plein-air
25
L'on a eu un raid de zepplin ce soir, l'on a tous été sur le champs de parade à minuit. Il n'est pas arrivé aucun accident ici.
29
Visité Folkstone dans l'après-midi avec...

Mai 1916

1er
Ce matin je me sui fait prendre dans la cantine de bière, on est à peu près 200 de notre gang
15
Une boxing match dans l'après-midi et je me suis fait donner un black-eye par Jules Besner, on a bien rit.
16
On a reçu la malle aujourd'hui, cela faisais un mois que la malle était arreter je ne sais pas pour quel raison.
27
Grande revue du Gen. Sam Hugues, premier ministre de la milice du Canada
30
Mustard Parade

Juin 1916

1er
Examen médical
7
On est rendu à Napier Barrach à 10:00 hrs, on vient ici suivre un cours à l'école pour la Cold Machines Guns
14
Ça va bien à l'école et on a fait beaucoup d'études et on a été à la tir aujourd'hui
21
On a fini notre école et retourner dans nos...
23
On a mouvé tous la Machines Guns dans les Resboro barrach
25
À Folkstone aujourd'hui avec Besner
30
On a été en... pendant 2 jours, 9 milles de marche, actions dans la nuit autour de la maison d'été de Kitchener

Juillet 1916

4
Il fait beau, on a été à Folkstone
5
L'on a passer en revue devant la Princesse Louise et on a fait une attaque.
12
Parti le 12 de Shornecliff à 8:00, arrivé à Southampton à 2:00 p.m., parti de la ville et coucher dans les tentes
13
Parti des tentes à 3..., arrivé à la ville de Southampton, embarquer à bord du...
14
...arrivé à 8:00 a.m....
16
Assister à la messe à Harfleur
Dimanche 23
Encore à la messe...
Dimanche 30
On est encore aller à la messe aujourd'hui à Harfleur

Août 1916

1er
Un accident est arrivé aujourd'hui, un homme s'est fait tué par une bombe explosive et 5 sont fait blessés.
4
Parti de Bouille ce midi et embarquer à l'anse à 7:00 p.m. et on arrive le lendemain soir à Abelle.
6
Passer la journée ici dans des tentes
7
On a changer de place aujourd'hui au Dakabough Barrachs
8
Dans les tranchées de support tout la nuit
10
Repos
11
Dans les tranchées
12
Dans les tranchées encore la nuit
14
Tranchées de support
16 au 23
Dans les tranchées, froid les nuits
24
Le camp a été bombardé aujourd'hui et il nous ont fait mouver
Dimanche 27
Repos aujourd'hui et on est bien tranquille
29
En garde

Septembre 1916

1er
travail des tranchées
4
Jour du travail
6
Parti de Dakabough à 1:00 p.m. et l'on arrive à Stoolpott à 4 p.m. et on couche dans la plus belle maison de la ville, une villa de 260 ans qu'elle est batit
7
On est resté toute la journée ici, seulement qu'on a changé de place pour coucher à la Glory Farm
8
A minuit, on est parti et marcher jusqu'à 5 a.m. et l'on embarque dans les bus et à 6 a.m. on débarque à Arch et à 8½ hrs, on est embarquer dans les chars à chevaux et a arriver à La Somme à 9:00 p.m.. On a coucher à la belle étoile, le bombardement est très violent. Il a fait beau tout le long du voyage.
9
Repos
Dimanche 10
On s'est relever des tentes
13
Parti de... à 8:00 a.m. et on marche à..., on arrive à 8:00 hrs au soir.
14
Inspection
15
Parti à 6 a.m. et marcher jusqu'à midi et on couche ici dans les tentes.
16
On part à 9 a.m. et on marche jusqu'à 1:00 p.m. et... et on couche dans des granges
17
Repos et on boit beaucoup de vin
18
On se rend près de Albers et on couche à la belle étoile et il mouille très fort
23
On arrive à Albers à 8:00 hrs p.m. et on couche dans la ville.
24
On visite la cathédrale dans la journée et on part pour la tranchée à 7:00 p.m. et je suis blessé le même soir vers 10:00 p.m. d'un éclat d'obus à Courcelette.
25
Je suis sorti des tranchées et je subis une opération dans l'après-midi, on m'enlève un morceau de...
26
J'arrive à Boulogne à 9:00 p.m.
27
Je subis encore une opération
28
Repos
29
Je part de Boulogne et je traverse en Angleterre a Hattepool et je prend les chars pour me rendre à l'hopital de Southampton, on arrive à minuit

Octobre 1916

1er
Je suis assez bien portant

Novembre 1916

14
Je suis transferé dans un hopital de convalescence Weston Favell

Février 1917

23
Retourner à Duston

Mars 1917

3
Opération

Avril 1917

11
Changer d'hopital à Dallington

Juin 1917

12
Visite d'un docteur Canadien
13
Visiter mes compagnons de Northampton
16
Je part de Northampton à 10:30 a.m. et j'arrive à Londres à 3:00 p.m. et arrivé à Ramsgate à 5:00 p.m.
17
Les Allemands ont jeter des bombes sur la ville cette nuit, on a tous descendu dans la cave mais on a été quitte.

Juillet 1917

4
Une promenade en automobile, visité Margate

Août 1917

15
Air raid, les Allemand ont passer ici mais ils ont pas jeter de bombes sur Margate
22
Air raid, les Allemands ont jeter 10 bombes dans la ville et une sur l'hopital. Deux soldats sont fait tuer et huit blessés sérieusement
24
Funéraille des deux soldats qui sont fait tuer par les Allemands
30
On change de place, parti ce matin à 9½ hrs et arrive à Londres à... et reparti à 2:00 p.m. et arrive à Warrington à 6:00 hrs p.m.
31
On est dans une très grande hopital, le Lord Derby War Hospital. On est environ 10000 blessés

Septembre 1917

14
Partis de Warrington à 10:00 a.m., arrive à Epson à 5:00 p.m.
15
Inspection, marquer 179
20
Mes papiers préparer pour le Canada
21
J'ai signé mes papiers pour le canada
23
Un an aujourd'hui que je suis blessé

Octobre 1917

29
Passé mon board pour le Canada et marquer 70 per cent de pension
30
Application pour une pass

Novembre 1917

2
pass cancellée
8
Encore cancellée
12
mouver dans les Hut du Canada
25
Partis de Epson à 8 a.m, arrivé à Liverpool à 5 p.m.
27
En pass dix jours à Londres et à Northampton

Décembre 1917

28
Embarquer à bord d'un bateau hopital Caraguaya
29
On est...
30
On part à 9:00 p.m.

Janvier 1918

1er
Ce matin, on laisse les côtes...
2
Mal de mer
5
Concert
7
Concert
9
On est encré au port d'Halifax et ce soir...
10
On débarque à 9:00 a.m...embarque pour Québec
11
On arrive à la batisse d'immigration à 10:00 p.m. et en passant par le pont de Québec
15
Je part de Québec à midi et j'arrive à Montréal à 8:00 p.m.
16
Je part en pass pour chez-nous à 4:30 p.m.

Ceci ferme la dernière page de son journal toutefois, vous pouvez avoir d'autres détails sur toute cette période en consultant les faits marquants tirés de son dossier militaire. Par contre, il semble y avoir discordance entre les deux dans la période d'hospitalisation mais peu importe, ce qui compte, c'est de comprendre la dureté de l'épreuve qu'Arthur a vécue ainsi que des milliers d'autres soldats sans compter ceux qui n'en sont jamais revenus.

_________________

Promouvoir notre Forum dans l'Amitié et l'entraide pour une Meilleure Qualité de Vie entre-nous.

Découvrir qui nous sommes et d'où nous venons est le pus beau cadeau que nous pouvons offrir à notre famille.
Rene Arbour mainsgif
René Arbour
René Arbour
Admin

Messages : 23159
Appréciation + ou - : 289
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Empty Re: Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale

Message par René Arbour Lun 16 Mai 2016, 01:12

La guerre : la vie au front

Recherche et textes par Thérèse Nadeau
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Batail10
La bataille de Courcelette, peint en 1918 par Louis Weirter (1873-1932).

Les conditions de vie au front étaient difficiles : marcher de longues distances (10, 15, même 20 milles) la nuit avec leur équipement sur le dos, coucher à la belle étoile sous la pluie dans des granges ou des tentes, combattre corps-à-corps, à la baïonnette, creuser des tranchées, affectations rotatives par groupes de six pour actionner les canons. Les camps subissaient aussi les bombardements sans compter le pire, la perte de leurs camarades soldats. Voici d'autres extraits du carnet nous donnant un aperçu de ces difficultés :
Un meurtre a été commis ce soir par un russe qui a lancer un coup de couteau dans le corps d’un policeman un nommé Jolicoeur.(sic)
L'on a eu un Raid de Zeppelin ce soir l’on a tout été sur le champ de parade à minuit il n’est arrivé aucun accident ici.(sic)
Un accident est arrivé aujourd’hui un homme s'est fait tuer par une bombe explosive et 5 sont fait blessé.(sic)
Le camp a été bombardé aujourd’hui et ils nous ont fait mouver.(sic)
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Solda110
Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Solda410



Sur 619 636 Canadiens qui ont fait du service à l'étranger durant cette guerre, 66 655 sont morts. La population du Canada était alors d'environ huit millions d'habitants.
L'année 1916 fut l'année de la Bataille de la Somme. À la fin d'août 1916, les hommes de Byng (nouveau commandant du Corps canadien) abandonnèrent la plaine boueuse des Flandres pour la Somme où ils prirent en charge un tronçon du front juste en avant du village de Courcelette. Une fois dans ce secteur supposément paisible ou «normal», ils se trouvèrent engagés dans de violents combats et quelque 2 600 d'entre eux tombèrent avant que ne soit déclenchée la grande offensive. Celle-ci commença le 15 septembre à l'aube. Le Corps canadien attaqua sur un front de 2 200 verges en face du village de Courcelette. Progressant à l'abri d'un barrage d'artillerie (une nouvelle tactique nouvellement adoptée), l'infanterie était épaulée par des chars blindés, la nouvelle arme qui semait souvent la plus grande confusion dans les rangs ennemis. L'assaut se déroula bien. Dès 8 heures, les Canadiens s'étaient emparés du principal objectif, un bastion appelé «la sucrerie» et ils poussèrent jusqu'à Courcelette. Après avoir repoussé d'innombrables contre-attaques, ils s'arrangèrent même le lendemain pour consolider leur position. L'ennemi faisant alors appel à des renforts, le combat s'intensifia et les gains devinrent négligeables. Dans les semaines qui suivirent, les trois divisions canadiennes attaquèrent sans relâche tout une série de retranchements ennemis. L'ultime objectif était la tranchée Regina, tristement réputée. Celle-ci résista à tous les assauts et lorsque de nouvelles troupes vinrent prendre la relève à la mi-octobre, les Canadiens avaient seulement gagné du terrain. Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Solda9La 4e division, venue prendre la relève, eut à se battre dans d'affreuses conditions. Enfonçant dans la boue jusqu'aux genoux, les troupes se trouvèrent engagées dans des combats d'une rare violence et extrêmement meurtriers avec un ennemi opposant une résistance acharnée. Elles réussirent le 11 novembre, malgré un barrage de feu quasiment impénétrable, à s'emparer de la tranchée Regina alors pratiquement nivelée. Une semaine plus tard, au cours du dernier combat de la Somme, les Canadiens s'emparaient de la tranchée Désire, faisant preuve d'une endurance et d'une bravoure peu communes. La 4e division rallia ensuite le Corps canadien sur le front de Vimy. Les troupes gagnèrent plus de terrain cette année-là. Les pluies d'automne avaient transformé le sol en bourbier et l'offensive s'était enlisée; le front n'avait progressé que de six milles. Le bilan était lourd : 600 000 pertes chez les Alliés et 236 000 furent tués du côté ennemi. La bataille de la Somme méritait bien d'être appelée par les Allemands das Blutbad - le bain de sang.
Les divisions canadiennes avaient essuyé 24 029 pertes dans la bataille de la Somme, mais elles avaient justifié leur réputation de troupes de choc. Les Canadiens, devait écrire Lloyd George, se distinguèrent à un tel point à l'assaut que pendant le reste de la guerre on les utilisa comme fer de lance dans les grandes batailles. Chaque fois que les Allemands trouvaient en face d'eux le Corps canadien, ils s'attendaient au pire. La première guerre mondiale, c'est aussi l'emploi de gaz, ce témoignage d'un soldat britannique en fait foi : Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Solda8De deux à trois cents hommes étaient étendus dans le fossé. Certains se tenaient la gorge. Les boutons en laiton de leurs uniformes étaient verts. Leurs corps étaient tuméfiés, Certains d'entre eux vivaient encore. Ils ne portaient ni ceinture ni équipement et nous avons d'abord pensé qu’il s'agissait d’Allemands. Par curiosité, l’un d'entre nous retourna l’un des morts. 1l vit une épinglette de laiton portant l’inscription Canada sur l’épaule du cadavre et s'exclama Ce sont des Canadiens... ! Certains d'entre eux se tordaient toujours sur le sol la langue sortie... Puis nous avons voulu atteindre les tranchées canadiennes du front. 1l ne restait plus de tranchées. Le 15 septembre, à l'aube, le Corps canadien attaqua sur un front de 2 200 verges en face du village de Courcelette. Les 2e et 3e Divisions participent à la grande bataille, où des chars sont utilisés pour la première fois. Leur efficacité semble douteuse cependant. Huit chars sont alloués aux Canadiens. Quatre s'enlisent dans la boue, le cinquième est détruit par un obus, le sixième tombe en panne, le septième fait volte-face juste avant d'atteindre son objectif et le dernier parvient à la troisième ligne de tranchées ennemie où il cause des dommages matériels considérables avant de laisser l'infanterie occuper le terrain conquis. La 2e Division et particulièrement le 22e Bataillon auquel Arthur est affecté arrive en quelques heures aux abords de Courcelette, qui est à peine plus qu'un amas de décombres. Son carnet nous renseigne sur la précipitation du haut commandement à les diriger vers l'objectif :
A minuit on est parti et marcher jusqu’ à 5 a.m. et l’on embarque dans les bus et à 6 a.m, on débarque à Arck et 8h12 on est embarquer dans les chars à chevaux et l'on arrive à la Somme à 9 a.p. et l'on a marcher jusqu’ 11 a.m. et coucher à la belle étoile. Le bombardement est très violents, il a fait beau tout le long du voyage.(sic)

Le 22e Bataillon repousse quatorze contre-attaques, dont sept dans la première nuit Si l'enfer est aussi horrible que ce que j'ai vu à Courcelette, écrit dans son journal leur commandant, le lieutenant colonel T.L. Tremblay, je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi d'y aller. D'autres témoignages tout aussi horribles nous renseignent sur les horreurs de la guerre de tranchées. Currie, le commandant de la lle brigade raconte :
Une balle lui avait traversé le nez mais il ne se souciait pas d’une telle éraflure. L'officier allemand s’était retourné pour courir, et il lui avait enfoncé environ quatre pouces d'acier dans les reins puis s’était approprié son casque.
Oui, Arthur a vu l'enfer. Le dimanche 24 septembre, il est blessé à Courcelette, vers 10 heures du soir, d'un éclat d'obus à la jambe. Des soldats morts, gisent tout autour de lui. Sans perdre conscience, il se rappelle qu'un soldat allemand empêche un autre soldat de l'achever (sans doute lui a-t-il dit que de toute façon, il ne pourrait survivre). Car les blessés perdant beaucoup de sang n'avaient pas de grandes chances de survivre dans de telles conditions. Les unités mobiles de la Croix-Rouge donnant des transfusions sur les lieux mêmes des combats ne firent leur apparition que pendant la guerre civile d'Espagne (1936-39) avec le Dr. Bethune. Plus tard, un soldat allié Serbe voulait le secourir mais Arthur tenta de le dissuader car il craignait que ce dernier se soustraignait aux lois militaires et risquait de recevoir de sérieuses représailles du haut commandement en voulant le secourir. Il faut mettre en contexte que, lorsque l'on est au front, il faut combattre l'ennemi et ne pas secourir ses blessés. Quoiqu'il en soit, le soldat Serbe de lui répondre: ...je ne te laisserai pas mourir ici et parvint après maints efforts et quelques jurons car Arthur est grand et de forte stature, à le hisser jusqu'au bord de la route. I1 le dépose et ce soldat Serbe repart. Une ambulance de la Croix-Rouge le ramasse et son voisin de civière est un soldat allemand. I1 sera amené à un hôpital français où il subira deux opérations dans les jours suivants. Le 29 septembre 1916, il sera ramené à l'hôpital de Northampton en Angleterre. I1 sera opéré à quelques reprises et séjournera dans différents hôpitaux pendant 16 mois. I1 reviendra à la vie civile, non mutilé mais avec une claudication à peine perceptible. Un des regrets qu'Arthur a traîné toute sa vie est de n'avoir aucune idée de l'identité du soldat Serbe à qui il doit probablement la vie. Ne serait-ce que pour simplement le remercier.

_________________

Promouvoir notre Forum dans l'Amitié et l'entraide pour une Meilleure Qualité de Vie entre-nous.

Découvrir qui nous sommes et d'où nous venons est le pus beau cadeau que nous pouvons offrir à notre famille.
Rene Arbour mainsgif
René Arbour
René Arbour
Admin

Messages : 23159
Appréciation + ou - : 289
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale Empty Re: Un poème en souvenir , Soldat Arthur Boulanger Matricule 417291, et son histoire familiale

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum