FORUM DE GÉNÉALOGIE & D'HISTOIRES
Bonjour et Bienvenue sur votre forum de généalogie ,

Dites-nous ce que vous recherchez et posez-nous vos questions

https://www.vosoriginesyourroots.org/f1-questions-generales-forum-de-questions-posez-vos-questions-ici

Si vous êtes incapable de vous connecter : Écrivez à:
vosorigines@souches.com
Nous vous viendrons en aide le plus rapidement possible. Ne perdez pas patience et attendez notre réponse.

Bonne journée
Vos Administrateurs
Bienvenue


Bonjour et bienvenue sur ce forum de généalogie

Partagez vos trouvailles, posez-nous vos questions

Il nous fera plaisir de vous aider dans vos recherches
et à tenter de résoudre vos énigmes



Vous avez des faits historiques à raconter

Rendez-vous dans la section des blogues






Recherches de parents et de familles biologiques, amis



Vous préférez discuter de tout et de rien,

retrouvez les amis autour du vieux poële



Vous pouvez aussi discuter entre amis sur le chat du forum
https://www.vosoriginesyourroots.org/chatbox/index.forum?

Le forum sans publicités, c'est possible,

par l'acquisition de points ou de crédits


Sondage de satisfaction des services reçus

Derniers sujets
» Difficulté technique avec le site de la Société généalogique virtuelle du Québec.
Hier à 13:42 par André Dubois

» Fabre Lucien
Ven 14 Déc 2018, 13:47 par Jean Guy

» Suzanne Comeau
Mer 12 Déc 2018, 21:46 par Martin

»  mariage Paul Dupuis Lucie Poulin
Mar 11 Déc 2018, 21:42 par rogerblais

» Un bonjour aleximontois
Lun 10 Déc 2018, 18:16 par Aleximontois

» Un bonjour aleximontois
Lun 10 Déc 2018, 18:16 par Aleximontois

» bujold /lareque
Dim 09 Déc 2018, 23:51 par René Arbour

» Famille Denis, Famille Castilloux, Paspébiac, Baie des Chaleurs
Sam 08 Déc 2018, 15:01 par René Arbour

» BEAUCHAMP Charles - MORIN Eulalie - Deces
Ven 07 Déc 2018, 08:35 par rogerblais

» FORTIER Joseph - de VARENNES Josephine
Lun 03 Déc 2018, 22:54 par Martin

» CHABOILLEZ DIT LEPINE Moise - BROUSSEAU Victorine
Lun 03 Déc 2018, 16:46 par René Arbour

» GUAY Marie Marthe Rachelle - Décès & GUAY Johnny - BLACKBURN Cecile - Décès
Lun 03 Déc 2018, 14:35 par Frisou

» Antoine PAQUET et Marguerite Lacelle
Dim 02 Déc 2018, 23:00 par René Arbour

» Marie Magdelaine Luineau/Louineau
Dim 02 Déc 2018, 11:11 par Jocelynou

» Louise Renaud / Alexis Ste-Marie
Mer 28 Nov 2018, 19:24 par jacquesdeslauriers

» Trois rivieres
Mer 28 Nov 2018, 10:33 par renee tetreault

» marriage d'Alexandre Patenaude et Exilda McCroncy
Mer 28 Nov 2018, 10:01 par langlois marc

» Bastarache
Mar 27 Nov 2018, 21:32 par Martin

» Boileau René, (1754-1831), personnalité importante de Chambly
Mar 27 Nov 2018, 17:47 par Automne

» Mariage entre Alfred Fournier et Horméline Boucher
Mar 27 Nov 2018, 09:49 par langlois marc

» MÉTIS
Sam 24 Nov 2018, 22:36 par René Arbour

» Godefroid Nacké (Gottfried Nacke), l'ancêtre des Nacké du Québec
Sam 24 Nov 2018, 20:46 par Automne

» Délia Fafard
Jeu 22 Nov 2018, 15:32 par RicYan

»  Les familles pionnières de la Nouvelle-France….
Mer 21 Nov 2018, 16:36 par René Arbour

» Ludger Champagne m Georgette Smith
Lun 19 Nov 2018, 17:26 par chagae

» Triste nouvelle !!!!
Lun 19 Nov 2018, 15:00 par dixpeny

» présentation
Dim 18 Nov 2018, 20:15 par Automne

» Je me présente
Dim 18 Nov 2018, 07:51 par Automne

» FORTIER Roger - Né 5 octobre 1919
Sam 17 Nov 2018, 22:04 par Martin

» TURCOTTE Delvas - PEPIN Lucie - FAMILLE - 6 enfants
Sam 17 Nov 2018, 22:03 par Martin

» Marie-Marthe-Rachelle Guay fille de Johnny Guay et Cécile Blackburn
Sam 17 Nov 2018, 18:02 par Frisou

» Louise Champagne
Sam 17 Nov 2018, 12:17 par rogerblais

» GUAY Marie Marthe Rachelle - nee le 7 mai 1923 - Chicoutimi
Sam 17 Nov 2018, 09:43 par René Arbour

» Marie Marthe Rachelle Guay
Sam 17 Nov 2018, 06:57 par Frisou

» Francois-Xavier Gelinas et Elmire Leblanc
Sam 17 Nov 2018, 06:40 par Rcantin

» GUAY Marie Marthe Rachelle - 7 mai 1923 - Chicoutimi
Sam 17 Nov 2018, 02:41 par René Arbour

» MANSEAU Aurelie ou Henrelie nee le 22 mars 1854
Ven 16 Nov 2018, 23:54 par René Arbour

» CHARETTE Chantal - Généalogie matriarcale:
Ven 16 Nov 2018, 23:30 par René Arbour

» Présentation
Ven 16 Nov 2018, 21:03 par Automne

» Je me présente
Ven 16 Nov 2018, 20:49 par Automne

» je me presente
Ven 16 Nov 2018, 20:45 par Automne

» Recherche Naissance de Adèle Trembay?
Ven 16 Nov 2018, 17:29 par jed

» CALENDRIERS - JULIEN ET GRÉGORIEN
Ven 16 Nov 2018, 15:01 par René Arbour

» Ontario
Jeu 15 Nov 2018, 15:37 par Yvon Bertrand

» adoptre-es du quebec
Jeu 15 Nov 2018, 15:14 par dixpeny

» GALARNEAU Louise
Mar 13 Nov 2018, 23:00 par René Arbour

» Actes de baptême d'Ernestine Dubois et de son frère Rodolphe
Mar 13 Nov 2018, 19:32 par André Dubois

» Ferdinand Larivière
Lun 12 Nov 2018, 13:46 par René Arbour

» Racine
Lun 12 Nov 2018, 10:39 par fraxavier

» Pellerin
Dim 11 Nov 2018, 22:23 par René Arbour

» Société généalogique virtuelle du Québec
Dim 11 Nov 2018, 19:31 par André Dubois

» Pellerin,Alphonse et Élisa Francoeur
Ven 09 Nov 2018, 09:33 par rogerblais

» Ferdinand Girard et Armenia Beautreau
Jeu 08 Nov 2018, 20:18 par Jocelynou

» Alderic Paquet
Jeu 08 Nov 2018, 16:18 par cobee48

» Naissance d'Ida Robertson
Mar 06 Nov 2018, 17:47 par René Arbour

» Olivette Gelinas,Sr
Dim 04 Nov 2018, 09:45 par Rcantin

» John Manley et Irène Ida Rajotte
Sam 03 Nov 2018, 08:31 par rogerblais

» Alcide Larivière
Jeu 01 Nov 2018, 23:25 par Martin

» Wilfrid Larivière
Mer 31 Oct 2018, 11:31 par Martin

» William Cormier
Dim 28 Oct 2018, 13:33 par Ancestranne

» Marie-Anne Ayotte
Ven 26 Oct 2018, 11:00 par René Arbour

» Louise Galarneau
Jeu 25 Oct 2018, 16:59 par René Arbour

» PLANTE Alexandrine - Qui est cette dame?
Mar 23 Oct 2018, 15:00 par René Arbour

» Pierre Groslot-Grosleau marié avec Marguerite Coutenay
Lun 22 Oct 2018, 17:43 par René Arbour

» Dubois et Lussier
Lun 22 Oct 2018, 14:39 par René Arbour

» Semaine Nationale de la Généalogie 2018
Dim 21 Oct 2018, 12:01 par René Arbour

» Joseph Bigras & Josephte Gauthier
Dim 21 Oct 2018, 09:17 par renee tetreault

» John Connolly & Margaret Doughan
Dim 21 Oct 2018, 07:58 par RDallaire

» Joseph Paquet & Marie Barbe
Jeu 18 Oct 2018, 21:31 par Quarantaine

» Joseph Chabrier Vaboncoeur & Marie Vanasse
Jeu 18 Oct 2018, 16:10 par Clémentine

» Hector Leblanc +Delphine Morissette
Mer 17 Oct 2018, 08:25 par jardinier

»  Isabel, Cécile
Mer 17 Oct 2018, 06:40 par daniel masse1958

» Mariage d'Élisabeth Laplante et Philéas Beseau(Bezeau)
Mar 16 Oct 2018, 17:45 par René Arbour

» Dubois, Association des familles Dubois
Mar 16 Oct 2018, 15:19 par André Dubois

» Institut Généalogique Drouin - Mise à jour de la section Acadie - Familles reconstituées
Mar 16 Oct 2018, 14:43 par Admin

Décembre 2018
DimLunMarMerJeuVenSam
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 


Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

créer un forum



Pétition abénaquise en Beauce en 1809

Aller en bas

Pétition abénaquise en Beauce en 1809

Message par René Arbour le Jeu 22 Aoû 2013, 01:19

Anne-Marie Brissette a écrit:Nous les chefs capitaines ci-dessous soussignés des sauvages de PENAOUESKET établi à Satigan sur la rivière Chaudierre osons te supplier de prendre en pitié notre malheureuse situation. Nous sommes sans un arpent de terre quoique établi depuis plus d’un siècle dans l’endroit où nous vivions de notre chasse, mais ce moyen nous est entièrement retranché, nous n’avons donc plus d’autre ressource, qu’en cultivant des terres, nous vous demandons donc mon Père, qui vous nous assitiés d’un plat, en nous accordant une lieue et demie de front sur une lieue et demie de profondeur sur la riviere de la Famine situé a la ligne est de la seigneurie d’Aubert Gallion terrein qui fait partie des domaines de notre Pere le Roy, et qui nest encore concédée à personne. Ce faisant mon Pere, vous viendrés au secours de vos enfans qui ne cesseront de prier le maitre de la vie de vous combler de ces prospéritées et bénédictions (24 janvier 1809, BAC, RG1 L3L, volume 110, pages 54069-54072)
avatar
René Arbour
Admin

Messages : 22945
Appréciation + ou - : 254
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétition abénaquise en Beauce en 1809

Message par René Arbour le Jeu 22 Aoû 2013, 01:20

André Garant a écrit:Document très intéressant.

Sartigan est un terme employé pour signifier la Beauce de jadis. Aubert-Gallion est une seigneurie de Saint-Georges-de-Beauce. Enfin, la rivière Famine coule sur la rive Est de Saint-Georges.

Y a t-il des marques ou signatures à ce document ?
avatar
René Arbour
Admin

Messages : 22945
Appréciation + ou - : 254
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétition abénaquise en Beauce en 1809

Message par René Arbour le Jeu 22 Aoû 2013, 01:20

Anne-Marie Brissette a écrit:Bonjour

Quatre signatures apparaissent au bas de la pétition

1) Flaûnsoe Eloran Hahorne
2) San Patist Mek8aheantte
3) Ettian Ghdakhoam
4) Soehsep Mari Bakamghe

Voici mes suggestions

1) François-Laurent Ahornai ou François-Laurent de St-Castin
2) Jean-Baptiste Macouakiante
3) Étienne Ketakwame
4) Joseph-Marie Pagamquais

Qu'en pensez-vous ??
avatar
René Arbour
Admin

Messages : 22945
Appréciation + ou - : 254
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétition abénaquise en Beauce en 1809

Message par René Arbour le Jeu 22 Aoû 2013, 01:22

André Garant a écrit:Mme Brissette, merci de vos renseignements. je ne peux rien ajouter à votre commentaire, sauf que l'histoire du baron de Saint-Castin et de ses descendants mérite d'être mieux connue.

Petit clin d'oeil beauceron:

- À Saint-Joseph-de-Beauce, le 6 juin 1761, âgé d'environ 20 ans, est inhumé un petit-fils du baron de Saint-Castin, Vincent Saint-Castin.

- À Saint-Joseph-de-Beauce, le 5 février 1774, la petite-fille du baron de St-Castin, Marie-Josette Saint-Castin (Labadie et Catherine Sauvage) de l'Acadie épouse Basile Lizotte (Nicolas Lizotte et Magdeleine Minville) de Saint-Roch.
avatar
René Arbour
Admin

Messages : 22945
Appréciation + ou - : 254
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétition abénaquise en Beauce en 1809

Message par René Arbour le Jeu 22 Aoû 2013, 01:22

André Garant a écrit:ABBADIE DE SAINT-CASTIN, JEAN-VINCENT D’, baron de SAINT-CASTIN, officier français et chef abénaquis, né à Saint-Castin, province du Béarn, en 1652, mort à Pau en 1707.

      Celui qui devait devenir un des principaux chefs abénaquis était de bonne noblesse béarnaise. On trouve un Abbadie de Maslacq dans le dénombrement général des maisons de la vicomté de Béarn, dressé en 1385 par ordre de Gaston Phébus. C’est en 1581 que la terre noble de Saint-Castin entra par mariage dans la famille Abbadie. Le père de Jean-Vincent, Jean-Jacques, obtint de Louis XIV, en 1654, l’érection de ce fief en baronnie. Ce premier baron de Saint-Castin avait épousé, en 1649, Isabeau de Béarn-Bonasse, demoiselle de haut lignage, puisqu’elle descendait d’une branche de la maison de Foix. Le couple eut trois enfants : Jean-Jacques, né en 1650, Marie, née en 1651, et notre Jean-Vincent, né en 1652, l’année même où la peste devait emporter sa mère. Voilà notre cadet de Béarn orphelin de mère alors qu’il n’avait encore que quelques mois.

      Nous ignorons tout de l’enfance et de la prime adolescence du cadet des Saint-Castin. Il dut recevoir l’éducation propre aux jeunes nobles de cette époque, à base de pratique militaire dans un esprit chevaleresque, avec un minimum rudimentaire de connaissances générales. Aussi n’est-on guère étonné de voir mentionner son nom en qualité d’enseigne sur les rôles du régiment de Carignan-Salières, compagnie de Chambly*, en partance pour le Canada : nous sommes en 1665. C’est-à-dire que Jean-Vincent a tout juste 13 ans ! Pour exceptionnel qu’il fût, le cas n’était pas unique ; on vit à plusieurs reprises de très jeunes gens servir dans les armées du roi. Et un cadet de Béarn (ou de Gascogne) devait souvent chercher très tôt fortune ou aventures. Le nôtre n’avait-il pas déjà perdu son père ? On peut se le demander puisque son frère aîné, Jean-Jacques, dans un acte de vente du 24 février 1666, signe comme deuxième baron de Saint-Castin. La mort du père expliquerait assez bien le départ du cadet pour l’armée, où sa naissance et son éducation lui firent donner le grade d’enseigne.

      Il est probable que, avec son régiment, Jean-Vincent prit part en 1666 à la campagne du marquis de Tracy [Prouville*] contre les Iroquois. Mais il faut attendre 1670 pour voir de nouveau mentionner son nom. En juillet de cette année-là, le traité de Bréda ayant rendu l’Acadie à la France, il accompagna, toujours en qualité d’enseigne, le capitaine Andigné* de Grandfontaine, nouveau gouverneur d’Acadie, et le lieutenant Pierre de Joybert* de Soulanges et de Marson à la baie de Pentagouet (Penobscot), pour reprendre possession du fort enlevé par les Anglais 16 ans auparavant. Premier contact du jeune officier de 18 ans avec ce pays à peu près vierge qui va devenir le sien.

      Grandfontaine s’installe à Pentagouet, et Saint-Castin avec lui. L’endroit était ce que l’on pourrait appeler un « point chaud », en plein territoire contesté. Les Français soutenaient en effet que la frontière de l’Acadie était à la rivière Kennebec, les Anglais la ramenaient à la rivière Penobscot ou Pentagouet, et même les plus excités des gens de Boston à la rivière Sainte-Croix ! Au milieu de ces disputes entre Blancs, le pays restait aussi et avant tout le domaine des Pentagouets, vers la côte, et des autres tribus abénaquises proprement dites, vers les forêts de l’intérieur. Saint-Castin fut chargé de plusieurs missions qui lui permirent d’observer et d’étudier le pays et les hommes.

      En 1673, Grandfontaine fut remplacé par Jacques de Chambly* à la tête de l’Acadie. Dès l’année suivante, en pleine paix, Saint-Castin allait faire connaissance, un peu rudement, avec des pirates hollandais alliés aux Bostoniens. Chambly, avec 30 hommes, ne put résister qu’une heure aux 110 assaillants ; il fut fait prisonnier. Saint-Castin, torturé à l’aide d’une mèche souffrée, parvint à s’échapper. Il se cacha quelques jours parmi les Indiens, déjà de ses amis, puis il prit à travers bois le chemin de Québec. Depuis quatre ans que l’enseigne parcourait en tout sens, dans l’ardeur de sa jeunesse, la colonie de Pentagouet, il avait déjà admirablement compris tous les problèmes de cette véritable « marche » indienne, bastion avancé de la France catholique au contact immédiat de la Nouvelle-Angleterre puritaine. Et tandis qu’il faisait son rapport au château Saint-Louis, Frontenac [Buade*], en connaisseur, jaugeait son homme. Le gouverneur général du Canada vit quel parti on pouvait tirer de ce jeune officier intelligent et enthousiaste ; d’emblée, il lui traça la voie qui allait orienter toute sa vie. La mission qu’il lui confia n’a pas fait l’objet d’un ordre écrit ; elle est sobrement mentionnée dans le « Mémoire des services rendus par les sieurs de Saint-Castin, père et fils, dans le pays de Canada en la Nouvelle-France », rédigé en 1720 par le fils de Jean-Vincent, Bernard-Anselme, où l’on peut lire : « [Saint-Castin] eut le bonheur de se sauver et se rendre à Quebecq pour y prendre les ordres du gouverneur afin d’engager les Abénaquis et autres nations qui sont dans tout le pays de l’Acadie de se mettre aux intérêts du roy de France. » Au surplus, le reste de la vie de Jean-Vincent montre assez quel était l’enjeu de cette mission.

      En cette même année 1674, le jeune homme devenait le troisième baron de Saint-Castin par la mort de son frère aîné, lequel ne laissait aucune postérité. Mais le temps n’était pas venu d’aller cueillir des héritages, et l’enseigne se lança à corps perdu dans l’aventure qui l’attendait. Dès lors, Saint-Castin, qui ne semble assujetti à aucune autorité officielle, paraît s’être dépouillé pratiquement de sa qualité d’offiicier français. Il partage son temps entre une tribu des Pentagouets, qui finira par l’adopter, et son habitation de Pentagouet, simple pied-à-terre qui doit comprendre un comptoir et un entrepôt de marchandises, car il va se mettre aussi à faire du commerce.

      Saint-Castin prit femme dans sa tribu. D’après la tradition, cette baronne indienne était très jolie. Elle n’était pas d’ailleurs la première venue, puisque fille du grand chef des Pentagouets, Madokawando. Saint-Castin savait concilier l’amour avec l’habileté politique. Cette épouse à la peau bronzée s’appelait Pidianske ou Pidiwamiska de son nom algonquin, et Marie-Mathilde de son nom de baptême, à moins qu’il ne s’agisse de deux femmes distinctes. On a accusé, sans trop de preuves, Saint-Castin d’avoir eu plusieurs femmes, légitimes ou concubines, et d’avoir mené une vie de débauche au fond des forêts acadiennes. Insinuations colportées par ses ennemis et dont on essaiera plus tard de profiter pour lui disputer l’héritage familial. Le mariage du baron, il est vrai, eut lieu d’abord selon la coutume indigène, peut-être avant 1678, mais il est certain que le père Jacques Bigot, jésuite missionnaire chez les Abénaquis, sur l’ordre formel de Mgr de Laval, évêque de Québec, reçut à Pentagouet, dans le dernier trimestre de 1684, le consentement des deux époux selon le rite catholique.

      Abénaquis, Saint-Castin le fut entièrement, au point de faire siens les intérêts de ses nouveaux compatriotes. S’il se livra à la traite des fourrures, s’il entretint avec Boston des relations commerciales suivies au mépris des règlements de l’administration française, c’est que précisément, plus Abénaquis que Français, il ne s’estimait plus concerné par ces derniers. Mais comme on avait besoin de l’alliance des Abénaquis, la cour, les gouverneurs généraux du Canada, les gouverneurs de l’Acadie, ménagèrent toujours le baron et le traitèreht avec les égards dus à son rang. Officiellement ce rang restait modeste, car Saint-Castin en tout évitait de paraître. Madokawando, jusqu’à sa mort en 1698, fut l’unique grand chef des Pentagouets ; il avait ses lieutenants qui commandaient les guerriers, menaient les expéditions, palabraient avec l’ennemi lors des trêves. Mais on savait partout que rien ne se faisait sans l’avis de son gendre et qu’il suffisait à celui-ci d’émettre un désir pour qu’il fût aussitôt satisfait.

      Après que Saint-Castin se fut installé chez les Abénaquis, la guerre du roi Philip (Pometacom) ravagea la Nouvelle-Angleterre en 1675 [V. Church]. Pentagouets et Abénaquis n’entrèrent dans la lutte qu’en 1676, après un attentat perpétré contre un de leurs chefs. Il est permis de supposer que Saint-Castin commença à exercer ses talents de conseiller militaire lors de cette guerre. Les gens de sa nation y déployèrent en effet une habileté consommé,e, tenant partout en échec, depuis la Penobscot jusqu’à Salmon Falls, N. H., et même au-delà, 700 hommes de troupes régulières, allant jusqu’à leur infliger d’humiliantes défaites. La paix revenue, le gouverneur de New York, Sir Edmund Andros, s’empressa de faire élever un fort à Pemaquid, entre la Penobscot et la Kennebec.

      Mais la stratégie et l’armement supérieur des Abénaquis n’avaient pas manqué d’intriguer et d’inquiéter les gens de Boston et de New York. Ils cherchèrent à savoir ce que cela pouvait cacher et ils finirent par connaître l’existence d’un « officier français réformé, marié à la fille de Madokawando et propriétaire d’un poste de traite à Penobscot où, à l’écart de tout gouvernement établi, il se considérait comme seigneur indépendant » (Belknap). Ils s’empressèrent alors de lui faire des avances pour l’attirer de leur côté. Mais Saint-Castin repoussa les propositions anglaises. Les Bostoniens crurent alors pouvoir l’intimider. La commission mixte des frontières n’ayant encore pris aucune décision pour cette partie de l’Acadie, le juge John Palmer, de New York, fit saisir des vins entreposés sur le territoire des Abénaquis et somma le baron de solliciter de Sa Majesté britannique la concession de Pentagouet, à charge bien entendu du serment de fidélité au monarque anglais ! C’était obliger Saint-Castin à prendre parti ; ce qu’il fit sans hésiter en demandant une concession à la cour de Versailles.

      En 1686, Brisay de Denonville le recommanda au poste de gouverneur de l’Acadie, si Perrot* venait à le quitter. Là-dessus, Saint-Castin partit pour le Canada avec une troupe d’Abénaquis afin de prendre part à l’expédition du marquis de Denonville contre les Iroquois (1687). Andros en profita pour venir piller l’habitation du baron à Pentagouet. Il tenta aussi de soudoyer Madokawando, mais en vain. Quand éclata la guerre de la ligue d’Augsbourg (1689), les Pentagouets et les autres Abénaquis reprirent de plus belle leurs expéditions contre les colons anglais, n’hésitant pas par des coups de main d’une audace inouïe à porter le fer et le feu jusque dans les villes. En 1690, Madokawando et Saint-Castin commandèrent en personne les Pentagouets qui se joignirent à la colonne de René Robinau de Portneuf envoyée du Canada pour attaquer la ville de Casco (près de l’actuelle Portland, Maine) sur l’Atlantique. Cette même année, mis au courant par les espions qu’il entretenait en Nouvelle-Angleterre, Saint-Castin put faire avertir à temps Frontenac des préparatifs de Phips* contre Québec. Saint-Castin était devenu la bête noire des Anglais. En 1692, Phips n’hésita pas à soudoyer deux déserteurs pour l’assassiner ; mais le complot fut déjoué par deux Acadiens, Jean Serreau de Saint-Aubin et Jacques Petitpas, son gendre.

      Depuis longtemps, Frontenac caressait le projet de frapper au cœur de la Nouvelle-Angleterre en attaquant Boston ou New York, et il ne cessait de relancer la cour pour le mettre à exécution. En attendant, le fameux Iberville [Le Moyne] fut chargé de détruire le fort de Pemaquid qui constituait une menace permanente pour l’Acadie. Saint-Castin apporta une aide précieuse au hardi marin avec ses guerriers, auxquels s’étaient joints Pesmacodys et Malécites. Pemaquid tomba le 15 août 1696, sous l’action combinée de la flotte d’Iberville et des troupes de terre.

      Madokawando mourut en 1698, laissant probablement la place de grand chef des Pentagouets à son gendre. Mais, la paix revenue à la fin de 1699, Saint-Castin, toujours jaloux de son indépendance, reprit tranquillement ses opérations commerciales avec la Nouvelle-Angleterre, sans se soucier des règlements français. On porta de nouveau des accusations contre lui et, malgré un rapport favorable du gouverneur de Brouillan [Monbeton], le baron décida de rentrer en France, pour se justifier et aussi pour mettre ordre (enfin !) à ses affaires personnelles. Il quitta Pentagouet à la fin de 1701. À Versailles, il n’eut pas de peine à dissiper les préventions de Pontchartrain [Phélypeaux]. En 1702, il arrivait dans son Béarn natal. Son beau-frère, le juge Jean de Labaig, époux de sa sœur Marie, l’y attendait, armé de pied en cap pour enliser la succession, dont il avait à rendre compte, dans le maquis de la procédure. Avec une habileté digne d’une meilleure cause, Labaig s’y Prit si bien qu’il multiplia les obstacles, après avoir tout fait pour essayer de prouver la naissance illégitime de Jean-Vincent. La cour, qui voulait renvoyer au plus vite Saint-Castin en Acadie, où l’on avait plus que jamais besoin de lui, intervint énergiquement auprès du parlement de Pau pour hâter le jugement de l’affaire. En vain. En 1707, à bout de tracasseries et de chicanes, Jean-Vincent d’Abbadie, troisième baron de Saint-Castin, mourait à Pau sans avoir revu l’Acadie.

      Il laissait plusieurs enfants, dont quelques-uns seulement nous – sont connus : son fils aîné, Bernard-Anselme, né en 1689, Joseph*, puis un autre fils dont on ignore le prénom, et deux filles, Thérèse et Anastasie, qui épousèrent le même jour, le 4 décembre 1707, la première, Philippe Mius d’Entremont, la seconde, Alexandre Le Borgne de Belle-Isle. Un autre garçon, Jean-Pierre, qui étudia au petit séminaire de Québec, mourut à l’âge de huit ans. Une autre fille, Ursule, aurait épousé en 1715 Louis Damours de Freneuse.

Georges Cerbelaud Salagnac

AN, Col., B, 16, 19, 22, 25 ; Col. C11D, 2–6.— BN, mss, Clairambault 874, ff.167, 171, 381 ; 880, f.302 ; mss, NAF 7485, f.178.-« Mass. Archives », XXXVI : 78, 96, 206, XXXVII : 40, 101, 102.— Charlevoix, History (Shea), III, IV, V.–Church, King Philip’s war (Dexter), I, II.— Coll. de manuscrits relatifs. à la N.-F., I, II.— Correspondance de Vaudreuil, RAPQ, 1939–40.— Dièreville, Relation of voyage to Port Royal (Webster).— William Hubbard, The history of the Indian wars in New England (Boston et Londres, 1677 ; nouv. éd., Roxbury, 1865).— Hutchinson, Hist. of Mass.-bay (1765).— La Hontan, Nouveaux voyages, II.— La Potherie, Histoire (1722).— Increase Mather, A brief history of the war with the Indians in New England (Boston et Londres, 1676).— Mémoires des commissaires, I : xxiv-v, 51 ; Memorials of the English and French commissaries, I : 29, 122.— Daniel Neal, The history of New-England... to the year 1700... (2 vol., Londres, 1720), I, II.— NYCD (O’Callaghan et Fernow), IX.— P.-G. Roy, Inv. concessions, IV : 44.— J. P. Baxter, The pioneers of New France in New England, with contemporary letters and documents (Albany, 1894).— Jeremy Belknap, The history of New Hampshire (2e éd., 3 vol., Boston, 1813), I : 130s.— Bernard, Le drame acadien.— Coleman, New England captives.— Pierre Daviault Le baron de Saint-Castin, chef abénaquis (Montréal : 1939).— Dufau de Maluquer, Notice généalogique sur la maison d’Abbadie de Maslacq, MSRC, 2e sér., I (1895), sect. i : 73.— Lauvrière, La tragédie d’un peuple.— Robert Le Blant, Une figure légendaire de l’histoire acadienne : le baron de Saint-Castin (Dax, [1934]).-J.-A. Maurault, Histoire des Abénakis depuis 1605 jusqu’à nos jours (Sorel, 1866).— Rameau de Saint-Père, Une colonie féodale.— Robert Rumilly, Histoire des Acadiens (2 vol., Montréal, [1955]).— Sylvester, Indian wars.— W. D. Williamson, The history of the state of Maine, from its first discovery, A.D. 1602, to the separation, A.D. 1820, inclusive (2 vol., Hallowell, Maine, 1832).— Les barons de Saint-Castin, BRH, IX (1903) : 222s.— À propos du Sieur de Saint-Castin, BRH, XLI (1935) : 611.— Ganong, Historic sites in New Brunswick, MSRC, 2e sér., V (1899), sect. ii: 313.— Gorham Munson, St. Castin a legend revisited, Dalhousie Review, XLV (1965–66) 338–360.
 
http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&id_nbr=594&&PHPSESSID=dv1fjmq0k174dpviiulebvc8s1
avatar
René Arbour
Admin

Messages : 22945
Appréciation + ou - : 254
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétition abénaquise en Beauce en 1809

Message par René Arbour le Jeu 22 Aoû 2013, 01:23

André Garant a écrit:Pour les auditifs ( lien en bas du texte)...

Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin est né dans le Béarn. C'est un enfant de la peste. À 13 ans auditifs:, il est porte-drapeau dans le régiment de Carignan-Salières de la compagnie de Chambly qui arrive en Nouvelle-France. En 1670, il suit le nouveau gouverneur d'Acadie, qui s'installe à Pentagouet, en plein territoire contesté (aujourd'hui le Maine). En quelques années, il parcourt la région en tous sens. En 1674, Frontenac lui confie ainsi la mission « d'engager les Abénaquis et autres nations qui sont dans tout le pays de l'Acadie à se mettre aux intérêts du roy de France ».

Un « ensauvagé »  abénaquis
Ce jeune officier, de moins en moins militaire et de plus en plus commerçant, adopte le mode de vie des Abénaquis. Il épouse Pidianske, la fille du grand chef des Pentagouets, Madokawando. Avec son beau-père, Saint-Castin, devenu baron par héritage, va mener plusieurs attaques contre les Anglais, tout en continuant à faire le commerce des fourrures avec les marchands de Boston.

Plutôt que de succéder au chef Madokawando, il préfère conserver son indépendance. En 1701, il retourne en France pour mettre la main sur son héritage contesté. À la suite d'une interminable saga judiciaire, le baron de Saint-Castin meurt à Pau, en 1707, sans avoir revu l'Acadie. Sa vie reflète l'amitié entre Français et Amérindiens à cette époque.

Après sa mort, son fils aîné, Bernard-Anselme de Saint-Castin, a repris la bataille. Son nom prestigieux a ravivé la combativité des Acadiens et leur rêve d'une colonie française en Amérique.

En 1796, la ville de Castine, dans le Maine, a été nommée en l'honneur de Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin. Il compte de nombreux descendants acadiens et québécois tels les Saint-Pierre, Nantel, Deschênes et Brisset.


http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia%3D/Medianet/2007/CBF/DeRemarquablesOublies200708282005.asx
Audio très intéressant
avatar
René Arbour
Admin

Messages : 22945
Appréciation + ou - : 254
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétition abénaquise en Beauce en 1809

Message par René Arbour le Jeu 22 Aoû 2013, 01:23

@lory a écrit:Merci M. Garant. Tres interessant, Lory i::flower: 
avatar
René Arbour
Admin

Messages : 22945
Appréciation + ou - : 254
Sexe : Masculin Patronymes recherchés Patronymes recherchés : Arbour, de Carufel, Beaudry, Binette, Theriault, Thouin, Pelletier, Dumas, Dubreuil, Fournier,
Emploi/loisirs Emploi/loisirs : Retraité, Généalogie
Programme Généalogique Programme Généalogique : Heradis 15Pro, Tree Family Maker,

http://www.souches.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum